Interview de Pierre Fauveau, Henry Jullien

Pierre Fauveau, dirigeant de la marque de luxe presque centenaire Henry Jullien a répondu aux questions de Lunettes Originales ! Découvrez les secrets des lunettes fabriquées dans le Jura dans cette interview exclusive.

Pouvez-vous retracer rapidement l’histoire de la marque Henry Jullien ?

L’entreprise a été créée en 1921 par Henry Jullien, mon grand-père. Cette entreprise familiale a commencé à Morez avant de s’installer en 1935 à Lons-le-Saunier, toujours dans le Jura.

Aujourd’hui, la marque est internationalement connue : elle est présente dans une soixantaine de pays dans le monde, à des endroits très divers – Europe, Moyen-Orient, pays de l’Est, Amérique…

Henry Jullien est « une marque de fabrique »: nous ne confectionnons que des lunettes Henry Jullien dans notre manufacture de 4 500m². Notre outil de production est bientôt centenaire et met en avant la qualité de notre savoir-faire. Nous maîtrisons la création du début à la fin, depuis la conception, l’outillage, la fabrication de la monture, jusqu’à la vente et même la livraison.

Grâce à notre maîtrise totale du processus de fabrication et aux matériaux que nous utilisons, nous sommes positionnés dans le haut de gamme. L’histoire moderne de la marque débute vers la fin des années 1960 et le début des années 1970. A l’époque, la marque s’est distinguée par le fait qu’elle a été la dernière marque au monde à fabriquer des lunettes en doublé or laminé.

Cette technique date de la fin du XIXè siècle. Elle permet de fabriquer des montures protégées contre la corrosion et les vicissitudes du temps qui passe. Le doublé or laminé est une matière noble qui comprend une grande proportion d’or.

Affiche Henry Jullien avec des lunettes en or

En 1978, le prix de l’or a drastiquement augmenté. Tous les fabricants de lunettes en or laminé ont cessé ce procédé, sauf Henry Jullien. Nous avons fait passer la qualité et la noblesse du matériau avant la rentabilité. Aujourd’hui encore, notre marque bénéficie de la réputation haut de gamme acquise durant cette période.

Lunettes en or Fairplay Henry Jullien

Modèle Fairplay en doublé or laminé, Henry Jullien

En 1993, nous avons commencé à travailler l’acier inox de qualité chirurgicale avec une collection de percées, Melrose, qui existe toujours et évolue régulièrement. En 2010, ce sont les lunettes en acétate Urbaines qui ont vu le jour.

Comment définiriez-vous vos collections ?

Lunettes de vue Skylight Ambiance, affiche Henry Jullien

Nos collections sont classiques et modernes, même si cela semble être un oxymore. Elles sont d’abord classiques sur un plan morphologique : nos lunettes sont étudiées pour s’adapter parfaitement aux visages. Elles le sont aussi car notre marque est classique.

Mais elles sont aussi modernes. Nous suivons la mode de manière générale. Si la tendance est aux lunettes carrées, nous en ferons, mais sans nous départir de la fameuse griffe Henry Jullien qui distingue nos montures de toutes les autres.

Quels sont vos collections ou modèles préférés ?

Ma collection préférée est Urbaines, une gamme en acétate et métalloplastique.

Nous avons trois sous-collections :

  • Signatures, une collection en doublé-or laminé qui reflète l’histoire d’Henry Jullien.
  • Contemporaines, une série de montures en acier inox très moderne et bien intégrée dans le marché actuel des lunettes.
  • Urbaines, des lunettes conçues pour les villes. La mode du plastique a débuté à Paris avant de s’étendre aux grandes villes. La mode n’est pas pareille de partout au même moment. Aujourd’hui, dans les grandes villes comme Paris ou Lyon, les opticiens vendent près de 80% de modèles en acétate. C’est pour répondre à cette demande citadine que nous avons créé cette collection.

Dans la gamme Signatures, j’aime particulièrement le modèle Story. J’en porte moi-même une paire ! Il s’agit d’une monture pantos en doublé or laminé vraiment magnifique, l’une des plus belles du marché.

Avez-vous des collections à venir ?

Toutes les collections pour le Silmo* sont prêtes. Elles seront orientées plastique, métal, métalloplastique… Nous entendons couvrir toute la gamme de demande, tout en conservant les caractéristiques Henry Jullien, comme nos charnières sans vis, le choix du décor ou l’association des matériaux.

Lunettes de vue rose Ellege Henry Jullien

Modèle Ellege 04

Comment s’effectue le processus de création ?

La gestation d’une monture prend entre neuf et douze mois, selon la complexité du modèle.

Nous sommes obligés de nous y prendre tôt et c’est là toute la difficulté mais aussi la « noblesse » de la création.

Nous devons « être dans le coup » plus de neuf mois avant les événements ! La création doit être en avance pour être à l’heure.

Actuellement, nous sommes déjà en train de travailler à la conception de nos modèles pour le Mido* 2017 ! Nous retardons au maximum le moment où nous devrons figer la création, mais il faut néanmoins arrêter une décision afin d’être prêts à temps.

*Le Silmo et le Mido sont deux salons professionnels qui rythment le calendrier de la création chez les lunetiers.

Si vous aimez, partagez ! Partagez cet article